Contrefaçon : danger

Constat simple : nous avons tous un jour succombé, ou du moins, été tentés par des offres alléchantes de produits falsifiés. Rien de plus facile que de s’offrir un accessoire « griffé » à moindre coût ou se procurer de la médication sans ordonnance sur le web! Ce que nous ignorons peut-être, c’est que ces achats, en apparence anodins, contribuent à l’expansion d’un véritable fléau mondial : la contrefaçon.


Le Docu-D Contrefaçon : danger, du réalisateur Geoff d’Oeon, nous livre une incursion au cœur de cette industrie épidémique qui a contaminé presque tous les domaines, jusqu’à la santé et la sécurité publiques.


Le crime du siècle

Considérée comme « le crime du siècle » par le journaliste britannique Tim Phillips, la contrefaçon est un vol aux proportions démesurées qui génère des profits énormes, et qui échappe encore aux sanctions pénales. Très souvent liée aux activités criminelles organisées et au blanchissement d’argent, la contrefaçon représente 1/10 de l’économie mondiale totale, soit 700 milliards de dollars par année à l’échelle planétaire.


Le marché des articles contrefaits a connu un essor considérable au cours des 20 dernières années, les pratiques de commerce ayant évolué, la mondialisation des affaires et la libre circulation des marchandises aidant. Phillips, auteur d’un ouvrage sur la question, attribue le boom de cette industrie au revers subversif du capitalisme. Il avance cette hypothèse pour expliquer les raisons qui poussent les gens à acheter des imitations : « On est tout à fait contre le vol  et ce qui floue les autres, mais simultanément on achète ce genre de biens et on ne trouve pas vraiment répréhensible qu’ils soient contrefaits. »


Imitations mortelles


L’industrie de la contrefaçon est puissante et impossible à contrôler. Mais la lutte contre les faussaires est plus que nécessaire. Le danger de certains produits contrefaits touche, de plus en plus, de trop près à la santé et à la sécurité publiques. Il ne s’agit plus simplement de faux sacs ou fausses montres de luxe, la contrefaçon s’est attaquée aux produits de consommation de tous les jours : des traces de contaminant dans du dentifrice, des piles pour jouets d’enfants qui surchauffent et explosent, ou encore des médicaments dont on ignore les compositions et qui tuent…


Selon des estimations, 15% de tous les médicaments qui se vendent dans le monde sont contrefaits. Dans certains pays d’Afrique et d’Asie, près de 50% des médicaments sont truqués et inefficaces. Et les conséquences sont désastreuses et dramatiques. Au Panama, en 2006, plus de 350 personnes, dont des enfants, sont décédées après avoir ingéré un sirop contre la toux plus que douteux.  Au Pakistan en 2012, 112 personnes sont mortes en consommant un faux médicament pour le cœur. Et en Chine, on estime à plus de 300 000 le chiffre de victimes par année après ingestion de médicaments contrefaits.


Fait encore méconnu, mais malheureusement véridique, l’industrie aéronautique n’est pas épargnée par les faussaires. La contrefaçon s’est aussi immiscée dans les chaînes d’approvisionnement des pièces utilisées sur des avions commerciaux et militaires, dont le Concorde d’Air France, crashé en juillet 2000, et... le Air Force One du président des États-Unis!

 

Vous aimerez aussi

Commentaires