Une tribu équatorienne, reconnue pour sa résistance aux maladies, a fait l’objet de milliers de prises de sang, souvent sans consentement.

En fait, pas moins de 3500 prises de sang ont été réalisées en une trentaine d’années chez les 600 membres de la tribu. Qualifiées d’abusives, les prises de sang, dont 80 % ont été effectuées sans consentement, ont été dénoncées récemment par les autorités du pays.

Trois organismes des États-Unis sont pointés du doigt pour leurs pratiques peu orthodoxes. Il s’agit de la compagnie pétrolière Maxus, du laboratoire Coriell et de la Haward Medical School. Ces derniers tentaient d’expliquer les caractéristiques particulières des membres de la tribu qui ne se retrouvent nulle part ailleurs dans le monde.

D’ailleurs, le laboratoire Coriell a reconnu avoir eu en sa possession de tels échantillons sanguins, précisant qu’ils provenaient de la Haward Medical School.

Les Équatoriens ont entrepris des démarches pour obtenir des compensations pour ces prises de sang abusives, mais ils ne sont pas au bout de leurs peines. « La loi protège jusqu’aux droits d’auteur, mais pas les individus qui se font prendre leur sang sans leur consentement », a déploré le dirigeant socialiste Rafael Correa.

C’est à suivre...

Vous aimerez aussi

Commentaires