Le Néerlandais Boyan Slat rêve de dépolluer les mers du plastique qui s'y trouve. Encore adolescent, il a concocté un système qui lui permettrait d'atteindre son but, non pas en 79 000 ans, mais bien en cinq courtes années.

Le concept est ambitieux. Boyan Slat veut utiliser un simple navire et miser sur les courants marins pour atteindre son objectif. 

Comment? La technologie est tout ce qu'il y a de plus simple. Il mise sur l'utilisation d'un navire qui, muni de longs bras garnis de bouées, sillonnerait les océans pour déplacer les plastiques qui flottent sur la surface ou à quelques mètres en dessous. Les bras du navire suffiraient à « activer » les déchets qui, emportés par les courants, se retrouveraient à la jonction de différents courants marins. 

De gigantesques structures, installées à ces jonctions, recueilleraient les déchets pour les transformer en matières réutilisables. Elles seraient alimentées par l'énergie des vagues (un peu comme la centrale marée motrice de la baie de Fundy) et par l'énergie solaire.

Mieux encore, l'inventeur du processus estime que les revenus tirés des plastiques recueillis, une fois remis sur le marché, généreraient plus d'argent que le coût de construction des plateformes.

Aujourd'hui âgé de 19 ans, le jeune inventeur est en voie de réaliser son projet. Déjà, le quart d'une étude de faisabilité est complété et les résultats préliminaires sont encourageants. Mieux encore, il a fait appel aux internautes pour financer son projet… Il a déjà recueilli plus d'un million de dollars, soit la moitié de la somme nécessaire.

Si le projet réjouit les écologistes, les scientifiques, eux, semblent plutôt sceptiques. Plusieurs doutent de la faisabilité du projet tandis que d'autres craignent les impacts sur la faune marine. À suivre!

Vous aimerez aussi

Commentaires