Si l’on vit dans une société où les émotions telles que la colère doivent être constamment contrôlées, l’exprimer pourrait s’avérer bon pour la santé. Selon une récente étude, l’expression de la colère serait souvent liée à une meilleure santé dans certaines cultures. Si les croyances populaires laissent sous-entendre que la colère est nuisible, ce qui nuit réellement sont en fait les causes ou circonstances suscitant celle-ci. L’étude soutient ainsi que la colère est notamment associée à une mauvaise santé en Amérique du Nord, car elle constitue souvent un indice de frustration, de pauvreté, ou d’un statut social moindre, qui ont souvent un impact négatif sur la santé d’un individu.

Dans certains endroits en Asie, l’expression de la colère peut être associée à un statut social élévé, à un statut privilégié ou de pouvoir. Ainsi, après avoir mené une série d’observations, les données révèlent qu’exprimer sa colère plus librement (en claquant les portes par exemple) peut aggraver certains risques de santé chez un Américain, et l’inverse chez un Japonais.

À en suivre les conclusions de cette étude, il faudrait donc être plus attentif à ce qui cause la colère afin de savoir comment l’exprimer...

Vous aimerez aussi

Commentaires