Voir des fantômes pourrait être lié à l’air que vous respirez. C’est du moins ce qu'avancent des chercheurs de l’université Clarkson aux États-Unis, qui étudient le lien entre la qualité de l’air et le phénomène de "maison hantée". Selon les scientifiques, l’apparition de fantômes n’aurait rien à voir avec la vie après la mort, mais serait plutôt liée à des moisissures toxiques présentes dans certains vieux bâtiments, pouvant causer des hallucinations de revenants. Pour établir ce lien, les chercheurs ont effectué des prélèvements dans l’air au musée Frederic Remington d'Ogdensburg, connu pour ses phénomènes de hantise. 

Shane Rogers, qui dirige l'équipe de recherches, avait observé que les témoins d'apparitions fantomatiques présentaient des symptômes psychologiques ou neurologiques semblables aux personnes exposées à des moisissures toxiques. Parmi ces champignons “fautifs”, on retrouve l'ergot du seigle, à l’origine du LSD et le stachybotrys chartarum, qui affecteraient aussi bien l’état des bâtiments que notre cerveau. Bien sûr, le lien entre moisissure et effets psychologiques reste à explorer. Les chercheurs devraient donc poursuivre l’échantillonnage dans d’autres lieux soi-disant hantés. 

Vous aimerez aussi

Commentaires