Elle fait rage à l’occasion. Mais, depuis quelques semaines, les conflits se multiplient et forcent parfois les pilotes à détourner leur appareil pour débarquer des passagers en furie. 

Oui, la guerre des jambes bat son plein sur plusieurs lignes aériennes alors que le nombre de passagers augmente et que les compagnies tentent de rentabiliser leurs opérations. 

En fait, la norme d’espace disponible pour les jambes est passée de 46 à 47 centimètres dans les années 70 et 80, pour être réduite à 43 cm depuis, soit 20 cm de moins qu’au cinéma. Les constructeurs peuvent alors installer des sièges additionnels. Ce faisant, ils augmentent les revenus sur chaque vol, pour compenser les coûts de carburant qui augmentent sans cesse.

Les passagers, eux, sont de plus en plus frustrés. Il suffit que l’occupant du « fauteuil » avant décide d’incliner son siège pour déclencher un conflit qui, parfois, dégénère. 

Les médias américains se sont même emparés du sujet lorsqu’un Français, frustré que la passagère du siège avant ait incliné son siège, s’est violemment emporté. Sa colère était telle que le personnel de bord a été forcé de menotter le passager, puis de demander que l’avion, qui effectuait la liaison Miami-Paris, atterrisse à Boston pour remettre le passager entre les mains des autorités.

Un Américain a même inventé un protège-genoux qui, inséré dans la tablette située sur dossier du siège à l’avant, immobilise ce dernier en position « normale ». Le gadget, vendu 22 dollars, provoque parfois la colère de ceux et celles qui désirent incliner le siège qu’ils occupent, mais qui ne peuvent le faire. Le 26 août dernier, un vol en direction de Denver a dû atterrir à Chicago après qu'une violente dispute ait éclaté entre un passager qui se servait du gadget et son voisin de devant qui ne pouvait plus bouger son siège. 

Gadget passagers avion

Nous revoilà à la case départ!

Photo principale: Rants of a Sassy Stew

Vous aimerez aussi

Commentaires