Aux prises avec de sérieux problèmes de pollution de l'air, les autorités de Beijing prennent les grands moyens pour réduire les gaz à effet de serre. En effet, la vente et l'usage de charbon, une source d'énergie importante, seront interdits dans six ans.

Ce virage, qualité de musclé, forcera les Chinois à utiliser de nouvelles sources d'énergie, notamment le gaz naturel et l'électricité, pour chauffer leurs résidences dans la capitale. 

Cette interdiction s'inscrit dans un train de mesures visant à réduire la pollution de l'air en Chine. Récemment, les autorités ont refusé d'émettre un permis de construction d'une usine qui comptait utiliser le charbon comme source d'énergie. Et cette mesure s'étend également aux villes de Shanghai et Guangzhou.

Au surplus, dès janvier, la Chine interdira la vente de charbon qui contient plus de 3 % de soufre ou qui produit plus de 40 % de cendres. À cela s'ajoutent la fermeture de 50 000 petits fourneaux à charbon et l'amélioration des performances environnementales des centrales énergétiques de grande taille fonctionnant au charbon. 

Parallèlement, le pays a accéléré la construction de centrales thermiques, moins polluantes.

Les Chinois devront toutefois investir massivement pour respecter ces nouvelles mesures. En 2012, le charbon constituait le quart de toute l'énergie consommée dans la capitale. Et la demande est en hausse, même si ce combustible est un des grands responsables de la pollution de l'air. 

Le pays consomme environ la moitié de tout le charbon brûlé, chaque année, sur la planète. Il produit 70 % de toute l'énergie nécessaire pour alimenter les habitations, les édifices et les usines.

Photo : Mine de charbon en Chine

Vous aimerez aussi

Commentaires