La mort de votre partenaire augmenterait vos risques de décès considérablement selon différentes études. C’est ce que l’on appelle le «syndrome du cœur brisé», entraîné par une rupture violente ou le décès d’un conjoint. Générant bien sûr du stress, des émotions telles que la tristesse et la colère, la perte de l’être aimé engendre aussi une réaction bien physique, notamment liée à une décharge d’hormones semblables à l’adrénaline.

Suite à un tel bouleversement affectif, le coeur demande plus d’oxygène. Cependant, les vaisseaux sanguins au lieu de se dilater, se contractent, envoyant ainsi moins d’oxygène et pouvant causer une accélération cardiaque ou encore un infarctus. Ainsi, dans les 6 mois suivant la perte d’un conjoint, le risque de décès chez le survivant augmente de 41 %, et ce, peu importe l’âge.

Lorsqu’il s’agit de la mort d’un enfant, les femmes seraient plus gravement touchées que les hommes. Chez celles-ci, le risque de mourir augmente de 113% au courant des deux ans suivant la mort de l’enfant. Ne pas pouvoir vivre l’un sans l’autre, n’est finalement pas qu’une simple expression.

 

Vous aimerez aussi

Commentaires