L’étudiante turque a mis près de deux ans pour obtenir du plastique à partir de ce matériau pour le moins inusité. Au cours de ses recherches, elle a découvert une méthode pour transformer la cellulose contenue dans ce produit réputé pour être glissant.

Le plastique obtenu par l’adolescente d’Istanbul pourrait servir de produit isolant pour des câbles électriques ou entrer dans la fabrication de prothèses cosmétiques, par exemple.

La nouvelle de la découverte de la jeune étudiante a rapidement fait le tour du monde. Elle a même retenu l’attention des éditeurs du magazine Pour la science, le pendant français de Scientific American, qui lui ont versé une bourse de 50 000 $.

Selon l’adolescente, qui participera au concours Google Science Fair en septembre, son projet «serait potentiellement une solution au problème croissant de la pollution causée par le plastique d'origine pétrochimique.»

Cette découverte ne s’est pas fait sans heurts. La lycéenne a échoué à dix reprises avant d’obtenir un plastique plus stable. Au terme des essais précédents, le produit fini se dégradait rapidement ou il était peu résistant.

Le plastique industriel est généralement fabriqué à partir du pétrole. Selon son procédé de fabrication, il met entre 100 et 400 ans à se dégrader. D’autres fabricants utilisent de la cellulose contenue dans des plantes comme le maïs ou des déchets alimentaires, notamment la pelure de mangue. Ce composé se dégrade en 12 mois.

La chercheure n’a toutefois pas indiqué si elle avait eu son idée... en glissant sur une peau de banane!

 

Vous aimerez aussi

Commentaires