Imaginez la scène : vous voyagez à bord d’un train. Rompu de fatigue, vous collez votre tête à la fenêtre du wagon pour vous reposer. Vous entendez alors une voix « intérieure » qui vante un produit. Oui, la fenêtre vous parle!

Folle idée, dites-vous. Pourtant, cette nouvelle forme de publicité est à l’essai dans deux trains de banlieue, en Allemagne. Et il semble que le système fonctionne très bien.

Le principe, mis de l’avant par une firme publicitaire allemande, est tout simple. Un transmetteur est posé sur la vitre d’un wagon et, dès qu’un humain y pose la tête, il entend une voix.

La technologie utilisée s’appuie sur la conduction osseuse (ostéophonie). Les ondes sonores font vibrer les os de l’oreille interne dès qu’une personne pose sa tête sur un objet transmetteur.

Ce procédé pourrait également être utilisé pour diffuser de la musique ou des messages d’intérêt public.

Ce phénomène peut être déroutant. Les personnes dont la tête repose sur une fenêtre du train sont les seules à « entendre » la voix émise par conduction. Et elle s’éteint dès qu’un auditeur lève la tête.

Imaginez maintenant que vous êtes endormi et que le message vous parvienne. Certains croiront qu’ils sont en train de devenir fou!

Si des consommateurs apprécient cette forme de publicité directe, d’autres ont eu une réaction plutôt agressive. Ils menacent de fracasser toute fenêtre qui chuchoterait à « leurs oreilles ».

L’idée n’est pas nouvelle. Google doit lancer, en 2014, des lunettes dotées d'un petit écran incrusté dans un verre, d'un pavé tactile, d'un capteur vidéo et d'un micro. Cet équipement utilisera l’ostéophonie pour transmettre des messages « vocaux ». Des prototypes sont déjà offerts sur le marché pour la modique somme de 1500 $.

Si votre budget ne vous permet pas vous procurer ces lunettes, vous pouvez toujours tenter l’expérience avec… deux verres de plastique, une ficelle et un ami (gratuit!) qui parlera dans l’un des verres pendant que l’autre repose sur votre oreille.

 

Un train de banlieue qui dessert Munich

Vous aimerez aussi

Commentaires