Sa particularité principale:
Le plus gros avion à réaction de transport de passagers jamais construit.

Un point de comparaison avec d’autres machines du genre:
Il peut transporter 100 personnes de plus qu’un 747.

Où est-il utilisé?
Conçu pour parcourir 80 000 km par semaine sur certaines des plus longues routes aériennes au monde. Au terme de sa durée de vie, il aura parcouru 4 millions de km, soit l’équivalent de 3000 fois la circonférence de la terre.

Son poids: 560 tonnes

Sa vitesse:  950 km/h. Au décollage, il passe de 0 à 300 km/h en 50 secondes.

Sa puissance et consommation d’énergie:
Les 4 moteurs de 7 tonnes chacun représentent le 1/6 du cout de l’avion, soit 70 millions $. Ils génèrent la force de poussée de 7 avions F18 en expulsant de l’air à plus de 1300 km/h, créant des rafales assez violentes pour renverser un camion sur la piste.  Les réservoirs contiennent 165 000 litres d’essence.

Son prix: 400 millions $

Les risques: Les ailes sont si larges que l’avion doit être escorté sur la piste de décollage afin de s’assurer que celle-ci est parfaitement dégagée.

Les mesures de sécurité qui lui sont propres:
Après le décollage, le centre de contrôle de la sécurité de la piste dispose de 5 minutes pour effectuer une inspection complète de la piste de décollage, car les violents tourbillons créés par les puissants réacteurs laissent parfois des débris que l’avion suivant risque d’absorber.

Des milliers de pièces... et de valises
Le Airbus A380 est fait de 4 millions de pièces, incluant des ailes de 40 mètres de long grâce auxquelles il jouit d’une extraordinaire portance de 560 tonnes.  

Les 1000 valises transportées sont réparties dans 38 conteneurs en acier, chacun de la taille d’une petite voiture, puis insérées dans le ventre même de l’avion.

Une coquille comme l'armure... d'Alexandre Le Grand!
L’avion peut transporter 6 tonnes de plus que son propre poids. Sa coquille légère est composée de 69 nervures qui forment une enveloppe plus mince que du carton, mais incroyablement résistante. Celle-ci emprunte à la conception de l’armure d’Alexandre Le Grand, dont les tuniques étaient faites de plusieurs couches de lin et de colle, une combinaison extrêmement résistante. Ainsi donc, le A380 remplace le lin par une nappe en fibre de verre plus résistante que l’acier, insérée entre des feuilles d’aluminium, pouvant supporter le poids des moteurs et résister à presque toutes les intempéries.

 

 

Extrait d'Ultime machine - diffusé le lundi à 21h

Vous aimerez aussi

Commentaires