La planète Jupiter est-elle en train de nous préparer une surprise? Sa fameuse tache rouge, un vaste anticyclone, rétrécit à vue de télescope…

Observée pour la première fois au cours du 17e siècle, avec les moyens de l’époque, la tache a connu une importante diminution au cours des dernières décennies. En fait, elle perd quelque 1000 kilomètres carrés par année.

Comme sur Terre, le vaste anticyclone est une zone de « beau temps » sur la planète gazeuse. Lors des observations réalisées vers 1880, la zone elliptique mesurait plus de
40 000 kilomètres carrés, soit trois fois la grosseur de la planète bleue. Une zone immense, calme, probablement la région vers laquelle se dirigeraient d’éventuels Jupitériens en vacances.

Mais ces derniers s’inquièteraient, eux aussi, de la voir diminuer. Lors des passages des sondes Jupiter 1 et 2, en 1979, la zone avait nettement « fondu », passant de 40 000 à
22 500 kilomètres carrés.

Et sa forme avait changé. Jadis elliptique, elle a tendance à s’arrondir, comme en font foi les clichés de l’époque.

Ce phénomène s’est amplifié. Le télescope spatial Hubble, guéri de sa myopie depuis quelques années, a renvoyé quelques images du vaste anticyclone. Oui, il est de plus en plus rond, et de plus en plus petit. En fait, il s’agit de la surface la plus modeste jamais observée de mémoire d’homme. Elle serait maintenant de 15 000 à 16 000 kilomètres carrés.

Selon certains physiciens, cette zone, de moins en moins vaste, serait formée par des courants chauds qui s’élèvent du centre de la planète et qui rencontrent deux puissants courants atmosphériques. En périphérie de cette zone, les vents pourraient atteindre 700 kilomètres à l’heure. À l’intérieur, sa température serait de – 160 °C, soit de 3 à 4 degrés plus chauds que pour le reste de la planète.

Pour le moment, les astrophysiciens se perdent en conjectures sur les raisons de cette diminution. Certains estiment que Jupiter, à l’instar de la Terre, vit des bouleversements climatiques majeurs.

À raison de 1000 km par année, nous pourrions assister à sa disparition dans moins de 20 ans.

 

Photo: NASA

Vous aimerez aussi

Commentaires