Ce sont des travailleurs du métro de Caracas qui ont aperçu, dans la pierre, une forme qui rappelle vaguement le contour du visage de l’ex-président. Ils ont alors photographié la pierre « mythique » pour ensuite dévoiler publiquement les clichés, à la demande du président vénézuélien, un inconditionnel du défunt.
 
« Regardez cette forme, un visage. Cette photo a été prise par les travailleurs, les ouvriers. Qui voyons-nous dans ce visage? Un regard (...) le regard de la patrie qui est partout. (...) Les travailleurs sont là, à l'œuvre, et une image leur apparaît sur le mur, puis, comme elle est apparue, elle disparaît. Chavez est partout », a déclaré le président Nicolas Maduro lors d’une sortie publique.
 
visage Hugo Chavez
Le président du Vénézuéla, Nicolas Maduro, présentant la photo du «visage» d'Hugo Chavez (photo Reuters)
 
Le président du Venezuela est-il atteint de paréidolie (1)? Il a affirmé, à maintes reprises, que l’image de Chavez lui apparaissait chaque fois qu’il regardait la montagne qui domine la capitale de ce pays d’Amérique du Sud. Mieux encore, il avait déclaré, lors de la campagne électorale d’avril, que le défunt lui était apparu sous la forme d’un « petit oiseau ». 
 
Évidemment, ses opposants n’ont pas hésité à tourner ces affirmations en ridicule.
 
Les Vénézuéliens, en majorité catholiques, sont fortement influencés par divers mouvements spirituels dont la Santéria qui mêlent des croyances tirées du Vaudou, de la foi chrétienne et de cultes hérités de la période d’esclavage. Pour les nombreux adeptes de ce mouvement, la communication avec les morts et la présence concrète de fantômes, sous diverses formes, sont monnaie courante.
 
Hugo Chavez est décédé en mars 2013 après un long combat contre le cancer. 
 
Et vous, croyez-vous à l’omniprésence du leader adulé de la classe ouvrière vénézuélienne?
 
 
(1) : Une paréidolie est une sorte d'illusion d'optique qui consiste à associer un stimulus visuel informe et ambigu à un élément clair et identifiable, souvent une forme humaine ou animale.
 

Vous aimerez aussi

Commentaires