Les habitants de l’est de l’Amérique du Nord se souviendront longtemps de l’hiver 2014, le plus rigoureux des 30 dernières années. Et, malgré la froidure, l’Organisation météorologique mondiale le confirme : la Terre se réchauffe.

L’agence météorologique est catégorique. « Les nombreux phénomènes climatiques extrêmes vécus en 2013 constituent des indicateurs cohérents et interdépendants de l’évolution du climat du fait du réchauffement provoqué par l’activité humaine », écrivent les auteurs du rapport.

Et les exemples sont légion : l’Australie a subi la pire canicule de son histoire (dans le sud-est du pays, le mercure a frôlé les 50 °C), générant d’importants feux de broussailles (notre photo). Les Philippines ont été ravagées par un super typhon, les États-Unis ont enregistré la tornade la plus large jamais observée et des inondations à répétition ont été enregistrées un peu partout dans le monde, en raison de pluies diluviennes.

« Le nombre de phénomènes extrêmes survenus en 2013 correspond à ce à quoi on pouvait s’attendre dans ce contexte de changement climatique anthropique. Nous avons assisté à des précipitations plus abondantes, à des vagues de chaleur plus intenses et à une aggravation de dommages causés par les ondes de tempête et les inondations côtières du fait de la hausse du niveau de la mer, le typhon Haiyan qui s’est déchaîné aux Philippines en est la tragique illustration », a illustré Michel Jarraud, secrétaire général de l’organisme de surveillance du climat.

En fait, 2013 se classe au 6e rang des années les plus chaudes enregistrées sur le globe, ex aequo avec 2007. Et les dommages matériels qui en découlent ont atteint 140 milliards de dollars américains.

Et le réchauffement est documenté. Le 21e siècle, à peine débuté, compte déjà 13 années parmi les plus chaudes jamais observées. Pis encore, la température moyenne de la Terre, toutes surfaces confondues, était de 0,5 °C plus chaude que la normale enregistrée entre 1961 et 1990.

En janvier 2013, la Russie a connu un hiver en dents de scie. Il a fait anormalement chaud, retardant l’arrivée de la neige, puis le froid s’est installé. Il a fait -59 °C en Oural et en Sibérie. Ça ne vous rappelle pas cet hiver québécois de 2014 ?
 
La tendance du réchauffement s’accentue. Et les Nations du monde ne semblent pas s’en préoccuper. Mais vous, faites-vous quelque chose ?

 

 

 

Vous aimerez aussi

Commentaires