L’iceberg s’est séparé du glacier de l’île de Pine en juillet, mais ce n’est que depuis quelques semaines qu’il soulève des inquiétudes.
 
En effet, le monstre mesure 700 kilomètres carrés de superficie, soit la superficie de l’île de Singapour. 
 
Pour l’instant, la fracture, visible de l’espace,  mesure entre un et deux kilomètres de large. L’iceberg, même s’il est complètement détaché du glacier, demeure dans le secteur. Mais le réchauffement estival (l’été austral débutera bientôt au Pôle Sud) pourrait entraîner sa migration vers l’océan.
 
C’est justement ce que craignent les experts. La masse glacée pourrait tourner en rond dans l’océan jusqu’à sa fonte complète. Et l'iceberg dérivera durant quelques années.
 
Il y a pire. Les courants marins pourraient l’entraîner vers le passage de Drake, au large de la Terre de Feu, en Argentine. 
Or, ce passage est très fréquenté par des navires de toutes sortes qui migrent entre l’Atlantique et le Pacifique. 
 
La présence de ce mastodonte viendrait donc perturber la circulation maritime dans ce secteur. Et c’est justement ce qui inquiète les autorités. 
 
Pour le moment, le bloc de glace, vieux de plusieurs milliers d’années, est sous haute surveillance. S’il parvenait à entrer dans les eaux internationales, les observateurs lanceraient l’alarme.
 
Par ailleurs, des canaux géants, certains aussi hauts que la Tour Eiffel, viennent d’être découverts à 250 mètres sous la surface du glacier Filchner-Ronne. Ces canaux faciliteraient le glissement, vers l’océan, de glaciers impressionnants. 
 
Cette découverte, majeure, pourrait aider à prédire le comportement des glaciers et leur évolution, dans un contexte de réchauffement majeur.
 
C’est à suivre!
 

Vous aimerez aussi

Commentaires