Le fossile a été découvert en 2004 dans l’Arctique canadien, plus précisément sur l’île d’Ellesmere. Bien caché dans des roches, sous la glace, il attendait qu’un petit curieux casse quelques cailloux.

Mais quel animal! Le Tiktaalik Roseae est un poisson qui rampe, peut-être même le véritable ancêtre du crocodile. Long de 2,7 mètres, il avait une tête aplatie, des dents tranchantes comme des rasoirs, des nageoires et… des épaules.

Les paléontologues s’y intéressent depuis quelques années. Toutefois, ce n’est que tous récemment qu’un détail a attiré leur attention. En fait, ses épaules étaient larges et souples. Un détail direz-vous. Mais ce détail a une grande importance.

Si les scientifiques ont raison, le Tiktaalik Roseae se déplaçait tout aussi bien dans l’eau et sur terre. En milieu liquide, ses quatre nageoires lui permettaient de se mouvoir facilement. Et les articulations de ses nageoires pectorales étaient assez souples.

Il se déplaçait donc en rampant, utilisant ses nageoires pour soutenir le poids de son corps et évoluer sur une surface solide : un peu comme un enfant qui rampe en utilisant uniquement ses bras.

Rien de nouveau sous le soleil, direz-vous. Au contraire. Jusqu’à maintenant,
les scientifiques ont toujours cru que les pattes s’étaient développées après que les
« poissons » aient entrepris une transition entre l’océan et la terre ferme.

Or, le Tiktaalik vient tout bouleverser. Il laisse croire que les pattes, du moins leurs ancêtres, se sont développées dans l’eau avant que les bêtes migrent vers le couvert végétal.

Les scientifiques ont trois squelettes de Tiktaalik Rosaea en leur possession. Ils poursuivent donc leurs recherches.

Même s’il a été découvert dans l’Arctique, n’allez pas croire que cet animal aimait le froid. Bien au contraire. Ce n’est pas lui, mais son linceul de pierre qui s’est déplacé. À l’époque de son existence (environ 375 millions d’années), l’île d’Ellesmere faisait partie du continent Laurentia qui chevauchait l’équateur. Il se reposait donc sous des palmiers « canadiens… »

Vous aimerez aussi

Commentaires