La dernière fois que ses cordes ont vibré, c’était au large de Terre-Neuve, en avril 1912. Puis il a sombré dans l’oubli. Mais il a refait surface voilà sept ans et sera vendu aux enchères, le 19 octobre prochain.

Le violon vendu à l’encan appartenait à Wallace Hartley. Ce nom ne vous dit probablement rien. Mais sachez que ce chef d’orchestre est entré dans la légende pendant la nuit du 14 au 15 avril 1912, vers 2 h 15. Avant de donner congé à ses sept musiciens, il a interprété un hymne britannique : Nearer, My God, to Thee (en français, Plus près de toi mon Dieu).

L’histoire veut qu’à la toute fin de l’interprétation, il ait dit à ses musiciens : « Ce fut un honneur de jouer avec vous messieurs ». Quelques instants plus tard, le Titanic coulait sous ses pieds, dans les eaux glaciales de l’océan Atlantique. Il était 2 h 20.

Tous les musiciens ont perdu la vie lors du naufrage.

Le corps de Hartley a été retrouvé le 4 mai 1912 dans une embarcation de fortune. Les marins du Mackay-Bennett ont affirmé que le musicien était vêtu de son uniforme et qu’il serrait son étui à violon en cuir contre son corps.

Ni l’ampleur de la tragédie, ni les vagues de l’Atlantique n’ont réussi à séparer l’homme de son instrument. Il y tenait comme à la prunelle de ses yeux. Et pour cause… Le violon lui avait été offert par sa fiancée. On peut d’ailleurs y lire ce message gravé sur une plaque : « À Wallace, à l’occasion de nos fiançailles. De Maria ».

Le violon chargé d’histoire a été remis à la dulcinée éplorée qui, à son décès, en a fait don à l’Armée du salut. Puis, l’instrument à cordes a disparu.

Retrouvé par hasard dans un grenier en 2006, il aura fallu sept ans pour authentifier l’instrument. Il est présentement exposé à Belfast, en Irlande du Nord, en attendant son prochain propriétaire. Ce dernier devra débourser quelque 100 000 euros (environ 140 000 $ CAD) pour mettre la main sur cette pièce de collection.

L’épave du RMS Titanic repose à 3843 mètres de fond. Elle bénéficie de la protection de l’UNESCO via son programme de patrimoine culturel subaquatique. Il est donc interdit d’y prélever des objets.

Le naufrage du navire, dit « insubmersible », a coûté la vie à quelque 1500 personnes. Environ 700 passagers ont eu la vie sauve.

 

Vous aimerez aussi

Commentaires