Les chrétiens et les astronomes en rêvaient depuis la naissance du Christ. Imaginez, une grosse étoile filante visible à l’œil nu, et en décembre par surcroît.

Découverte en décembre 2012 par les astronomes amateurs russes Vitali Nevski et Artyom Novichonok, ISON — un bloc de glace cosmique — poursuit son périple dans l’espace. Mais sa destinée demeure incertaine, malgré des centaines d’observations…

Une chose est sûre : elle doit « frôler Galarneau », le 28 novembre, à 1,87 million de kilomètres de l’étoile au centre du système solaire.

ISON résistera-t-elle à la chaleur de l’astre du jour? Si certains croient que oui, d’autres n’attribuent guère de chances au corps céleste. Il devra alors affronter une température estimée à 2700 °C. Voilà de quoi faire fondre un bon bloc de glace!

Qu’elle fonde ou se disloque, des astronomes américains estiment que sa masse principale demeurera assez compacte pour offrir un beau spectacle. Toutefois, l’astrophysicien colombien Ignacio Ferrin estime que l’objet pourrait se désintégrer lors de son passage près du Soleil.

Les paris sont ouverts…

Si le bloc de glace en provenance du nuage d’Oort (à une année-lumière de la Terre) résiste à son périple autour de l’astre diurne, il devrait être visible dès le 10 décembre, après le coucher du soleil, puis toute la nuit quelques jours plus tard.

La comète sera « près » de la Terre le 26 décembre, à quelque 64 millions de kilomètres de la planète bleue. Au moment d’écrire ces lignes, sa queue, composée de débris et de gaz, fait approximativement 5000 kilomètres de diamètre et mesure plus de 90 000 kilomètres de long.

Évalué initialement à plus d’un kilomètre, le diamètre du bloc céleste serait un petit peu plus large de 200 mètres. C’est cette dimension, modeste, qui fait craindre sa disparition alors qu’il sera soumis à des températures disons… extrêmes.

Si la comète résiste, elle devrait être la plus brillante des dernières années, voire du présent siècle. Les astronomes estiment que sa luminosité sera comparable à celle de la pleine lune, rien de moins. Certains, plus optimistes, prédisent même qu’ISON sera visible en plein jour.

C’est à voir, à moins que…

 

Année-lumière : la vitesse de la lumière est de 299,722 km à la seconde. La lumière réfléchie par la lune met 1,28 seconde pour atteindre notre terre. Et il y a 86 400 secondes dans une journée… Donc 299 722 458 x 86 4000 x 365,25 = … Oups, il y a de la fumée qui sort de la calculatrice.
 

Vous aimerez aussi

Commentaires