En Bavière, les habitants d’une ville comptent parmi les plus heureux de la planète. Leur municipalité, Bad Kissingen, veut adopter une politique qui favorise le mieux-être de ses habitants.

En fait, c’est une véritable révolution que proposent les élus aux habitants de l’endroit. Elle veut adapter ses infrastructures au biorythme de ses habitants, pour, en fin de compte, devenir la capitale mondiale du sommeil.

Pour atteindre leur objectif ultime, les élus ont entrepris de sonder, sur le web, les 20 000 habitants de la localité… et des nombreux touristes qui la visitent annuellement.

Bad Kissingen, une station thermale allemande, est réputée pour sa quiétude. Elle compte pas moins de neuf cliniques privées et 23 sanatoriums qui misent sur le bien-être de leurs clients et des résidents voisins.

Connaissant l’importance du sommeil, les élus ont embauché le Dr Thomas Kantermann, de l’Université de Groningen (Pays-Bas), un spécialiste en la matière. Ce dernier devra proposer des scénarios pour faciliter le repos des habitants et des visiteurs.

Des mesures importantes

Élus et spécialiste envisagent déjà des mesures importantes pour faciliter le sommeil des habitants. Une fois les résultats du sondage compilés, ils pourraient, par exemple, revoir l’éclairage des rues, des bâtiments publics, voire les hôpitaux.

Il y a plus. Les élus songent à modifier les heures d’ouverture et de fermeture des écoles secondaires pour permettre aux adolescents, qui se lèvent plus tard, d’avoir un horaire mieux adapté à leurs besoins.

Mieux encore, les autorités songent à abolir l’heure d’été qui, disent-ils, fait perdre une heure de sommeil aux habitants de la station thermale.

Imaginez. Une enclave de quelques kilomètres carrés et 20 000 habitants qui vivent à une heure différente que le reste du pays, mais dans le même fuseau horaire.

C’est une véritable révolution que proposent les élus allemands. À l’heure où la société réclame des performances de plus en plus matinales, les habitants de Bad Kissingen pourraient bien dire « l’avenir appartient à qui se lève tard ».

Qu’en dites-vous? On déménage?

Vous aimerez aussi

Commentaires